Effets du plomb

Les personnes les plus vulnérables au plomb sont les enfants en bas âge et les femmes enceintes.

Vous trouverez ci-dessous un graphique illustrant les effets du plomb sur l’enfant et la femme enceinte en fonction de la concentration de plomb dans le sang.

Effets du plomb

Source:  L’intoxication par le plomb de l’enfant et de la femme enceinte, Guide pratique du Ministère de la Santé, 2006

Une réflexion au sujet de « Effets du plomb »

  1. Le plomb et la santé

    Dans l’organisme, le plomb se substitue au calcium, au fer et au zinc. Il affecte les processus enzymatiques secondaires et le transport de l’oxygène par les globules rouges. Le plomb est également toxique pour le système nerveux central et il est même cytotoxique* pour les cellules souches du système nerveux.

    Les enfants de moins de six ans et les femmes enceintes constituent les populations les plus à risque. Dans une moindre mesure les personnes pouvant développer des maladies rénales ou cardiaques.
    L’intoxication par le plomb est appelée saturnisme.
    Les cas de saturnisme infantile (plombémie * supérieure ou égale à 50 µg/L de sang) doivent faire l’objet d’une déclaration obligatoire. Ce nouveau seuil de déclaration de 50 µg/L (au lieu de 100 µg/L) est applicable depuis le 17 juin 2015.
    .Le niveau de vigilance a été fixé par les autorités sanitaires à 25µg/L pour la concentration en plomb dans le sang des enfants. L’objectif est de ne pas dépasser 12µg/L de sang.

    Une valeur limite de plomb dans l’eau utilisée pour l’alimentation inférieure à 10μg/l est nécessaire pour atteindre les valeurs de plombémie visées. La valeur de 10μg s’avère même trop élevée pour les nourrissons de 3 mois.
    La toxicité du plomb étant sans seuil, les effets délétères du plomb peuvent apparaître pour des valeurs inférieures à 50µg/L, en particulier chez les populations les plus sensibles (enfants et femmes enceintes).

    1) l’intoxication par le plomb

    L’intoxication par le plomb est une pathologie insidieuse dont les signes ne sont pas suffisamment caractéristiques pour pouvoir être diagnostiqués aisément. Elle est souvent détectée tardivement après avoir été confondue avec d’autres affections digestives, neuropsychiatriques, hématologiques…( Guide pratique le saturnisme intoxication par le plomb Agence Régionale de Santé du Centre Direction santé publique et environnementale)

    Chez l’enfant, les effets sur le système nerveux peuvent entraîner :
    (d’après le site de la sécurité social ameli.fr)
    des troubles du langage
    troubles de la motricité et/ou du comportement comme l’hyperactivité,
    des difficultés d’apprentissage,
    des maux de tête,
    un ralentissement de la croissance,
    une encéphalite.( inflammation du cerveau).

    Chez l’adulte, l’intoxication par le plomb peut être responsable :
    de douleurs abdominales, souvent accompagnées de nausées et de vomissements ;
    d’anémies ;
    d’atteinte des nerfs périphériques, notamment ceux du bras et de la main ;
    d’hypertension artérielle.
    Chez les femmes enceintes le plomb est suspecté, selon l’OMS, d’avoir des effets tératogènes (c’est-à-dire qui augmente le risque de malformation du fœtus)

    Certaines études montrent des risques élevés :
    de retard de croissance intra-uterin
    d’accouchements prématurés
    de fausses couches
    de retard cognitif dans la petite enfance

    (D’après le ministère de la santé et des solidarités dans son document L’intoxication par le plomb de l’enfant et de la femme enceinte 2006)

    L’absorption digestive est limitée par une alimentation riche en fibres, calcium et vitamine D et facilitée par une carence martiale ( en fer).

    D’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail :

    Chez l’adulte, les effets néfastes du plomb sur la santé qui ont été observés aux niveaux de plombémies les plus basses

    sont les effets rénaux (plombémie de 15 μg/L de sang)

    les effets cardiovasculaires (plombémie de 36 μg/L).

    Les effets sur la reproduction apparaissent à des plombémies supérieures à 50 μg/L ( NTP , 2011).

    2) Le plomb dans l’organisme (doctissimo)

    Une fois dans l’organisme, la circulation sanguine amène rapidement le plomb vers différents organes, comme le cerveau, et vers les tissus fortement calcifiés comme les dents et les os.

    La demi-vie (temps au bout duquel la moitié du produit est éliminé) du plomb dans les tissus mous et dans le sang est d’environ 30 jours,
    Alors que dans l’os elle est de 10 à 20 ans. Témoin de l’accumulation du plomb, l’os contient 95 % de la charge corporelle en plomb.

    C’est ainsi que, progressivement, le plomb d’un organisme contaminé se diffuse régulièrement dans le sang. Ce lent relargage du plomb varie selon les besoins de l’organisme, notamment en calcium.

    Des évènements tels que grossesse, allaitement, ménopause, fractures, tumeurs osseuses, corticothérapie prolongée… nécessitant un besoin accru en calcium peuvent entraîner une libération importante du plomb stocké. Ce relargage massif peut réactiver une intoxication ancienne et provoquer des effets toxiques.

    La mesure de la plombémie reste la référence en matière de recherche d’intoxication au plomb, bien qu’elle ne reflète que l’intoxication momentanée. Toutefois, des mesures d’accumulation dans le tissu osseux, par exemple par fluorescence, ou dans les dents ou les cheveux, sont intéressantes comme marqueurs d’exposition cumulée et plus proches de l’exposition réelle.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s